Organisation

Les organes directeurs

La CBLT est composée de trois organes :

Le Sommet des Chefs d’État

C’est l’instance suprême de décision et d’orientation de la Commission. Il se réunit une fois par an en conférence ordinaire. Sommets depuis la création :

  • Fort-Lamy (Tchad) 5-6 juillet 1972 ;
  • Yaoundé (Cameroun) 3-4 décembre 1973 ;
  • Enugu (Nigeria) 1-3 décembre 1977 ;
  • Lagos (Nigeria) 21-22 avril 1983 ;
  • Lagos (Nigeria) 29 avril 1985 ;
  • N’Djamena (Tchad) 28-29 octobre 1987 ;
  • Yaoundé (Cameroun) 13-14 février 1990 ;
  • Abuja (Nigeria) 21-23 mars 1994 ;
  • N’Djamena (Tchad) 30-31 octobre 1996 ;
  • N’Djamena (Tchad) 28 juillet 2000 ;
  • Abuja (Nigeria) 30 juin 2005 ;
  • Abuja (Nigeria) 27 mars 2008 ;
  • N'Djamena (Tchad) 1er Novembre 2010 ;
  • N'Djamena (Tchad) 30 Avri 2012 ;

Le Conseil des Ministres

Il est l’instance de supervision et de contrôle de la Commission. Il se réunit chaque année en session ordinaire pour l’adoption du budget et du programme d’action annuel de la Commission. Le Conseil des Ministres est constitué de deux Commissaires par État membre.

Le Secrétariat Exécutif

C’est l’organe d’exécution des décisions des Sommets des Chefs d'Etat et résolutions du Conseil des Ministres. Cet organe central a connu plusieurs réformes depuis la création de la Commission. La dernière réforme  adoptée en deux phases (juin 2008 et mai 2009) s’est traduite par un nouvel organigramme dont l’action est assise sur les principes directeurs suivants :

Inclusivité

  • reconnaître les intérêts des États membres et ceux de toutes les autres parties prenantes au niveau international, national et communautaire, et trouver le bon équilibre entre eux ;
  • respecter des principes de bonne gouvernance ;

Compétence :

  • offrir des produits de haute qualité générés avec une grande rigueur scientifique et académique ;
  • disposer de compétences et de moyens appropriés pour une organisation internationale ;
  • appliquer des règles et des procédures financières et administratives internationales ;

Efficacité :

  • s’acquitter de son mandat et rendre des services pertinents et utiles ;

Performance :

  • gérer les talents et les ressources de façon à la fois ambitieuse, économique et écologique ;
  • planifier et contrôler toutes les actions au niveau des politiques, du projet et des processus opérationnels ;

Flexibilité :

  • anticiper l’évolution du Bassin et savoir comment répondre aux situations d’urgence ;
  • coopérer pour rendre les capacités de l’organisation plus souples.